Accueil du site > Valorisation et traitement > Fiches déchets > Déchets banals (déchets ménagers et assimilés) > Déchets de verre

Déchets de verre




Définition

Le verre récupéré est constitué de :

  • verre industriel provenant des professionnels (embouteilleurs, négociants en vin, restaurateurs, miroiteries,...),
  • verre issu des chantiers de destruction du bâtiment,
  • verre des automobiles en provenance des garages et des véhicules hors d’usage,
  • verre ménager qui représente 13 % du poids des ordures ménagères.

Exemples de déchets de verre :

  • Verre creux : bouteilles, bocaux, gobelets, pots…
  • Verre plat : verre trempé, vitrages, glaces…
  • Laine et le fil de verre
  • Verre technique : lunettes, ampoules, écrans cathodiques…
  • Verre blanc et coloré.

Fiches en lien avec les déchets de verre :

Quelques chiffres

La fabrication d’une tonne de verre nécessite : 700 kg de sable de bonne qualité, 280 kg de calcaire, 230 kg de carbonate de soude, 30 kg d’additifs divers et une température de fusion de 1500 °C.
Quant au recyclage d’une tonne de verre, il nécessite 1 tonne de calcin (verre broyé) et une température de 1000 °C.

On estime en France que plus d’une bouteille sur deux est recyclée. En 2007, le rendement moyen de la collecte nationale était entre 30 et 40 kg/hab/an. (Source Ecoemballages)

En Picardie, 68 550 tonnes d’emballages ménagers en verre ont été collectés en 2008 (en apport volontaire, en porte à porte et en déchèteries), ce qui correspond à 36kg/hab/an.
De plus, la collecte du verre industriel s’élevait à 10356 tonnes. (Source Inventaire des déchets ménagers et assimilés de 2008 en Picardie, ADEME)

Cadre réglementaire

Les déchets de verre ne sont pas soumis à une réglementation spécifique et dépendent de la réglementation générale sur les déchets.
Ils sont considérés comme non dangereux, sauf s’ils sont souillés par des produits dangereux.

Les déchets d’emballages en verre sont soumis à une réglementation spécifique figurant aux articles suivants du Code de l’Environnement :
- Aux articles R. 543-66 à R. 543-74 pour les déchets d’emballages dont les détenteurs finaux ne sont pas les ménages imposant la valorisation des déchets d’emballages ;
- Aux articles R. 543-53 à R. 543-65 pour les déchets d’emballages dont les détenteurs finaux sont les ménages, ils s’appuient sur la responsabilité élargie du producteur en rendant obligatoire la contribution à l’élimination des déchets d’emballage par les producteurs. Trois possibilités sont offertes à ces industriels :

  • mettre en place un dispositif de consignation de leurs emballages ;
  • organiser eux-mêmes la reprise de leurs emballages en vue de leur valorisation,
  • transférer leurs responsabilités à des organismes agréés par les pouvoirs publics.

- A l’article R. 541-14 qui fixe des objectifs minimaux de recyclage de 60% en poids pour le verre.
Les articles R.543-42 à R.543-52 précisent les exigences de prise en compte de l’environnement dans la fabrication de l’emballage.
Les seuls modes de valorisation autorisés sont la réutilisation, la valorisation matière, la valorisation énergétique. L’envoi direct en décharge, l’incinération sans récupération d’énergie tout comme le brûlage à l’air libre sont interdits.

Codes possibles de ces déchets selon l’annexe II de l’article R.541-8 du code de l’environnement

10 11 Déchets provenant de la fabrication du verre et des produits verriers :
10 11 03 déchets de matériaux à base de fibre de verre
10 11 05 fines et poussières
10 11 09* déchets de préparation avant cuisson contenant des substances dangereuses
10 11 10 déchets de préparation avant cuisson autres que ceux visés à la rubrique 10 11 09
10 11 11* petites particules de déchets de verre et poudre de verre contenant des métaux lourds (par exemple, tubes cathodiques)
10 11 12 déchets de verre autres que ceux visés à la rubrique 10 11 11
10 11 13* boues de polissage et de meulage du verre contenant des substances dangereuses
10 11 14 boues de polissage et de meulage du verre autres que celles visées à la rubrique 10 11 13
10 11 15* déchets solides provenant de l’épuration des fumées contenant des substances dangereuses
10 11 16 déchets solides provenant de l’épuration des fumées autres que ceux visés à la rubrique 10 11 15
10 11 17* boues et gâteaux de filtration provenant de l’épuration des fumées contenant des substances dangereuses
10 11 18 boues et gâteaux de filtration provenant de l’épuration des fumées autres que ceux visés à la rubrique 10 11 17
10 11 19* déchets solides provenant du traitement in situ des effluents contenant des substances dangereuses
10 11 20 déchets solides provenant du traitement in situ des effluents autres que ceux visés à la rubrique 10 11 19
10 11 99 déchets non spécifiés ailleurs
15 01 07 emballages en verre
16 01 Véhicules hors d’usage de différents moyens de transport (y compris machines tous terrains) et déchets provenant du démontage de véhicules hors d’usage et de l’entretien de véhicules (sauf chapitres 13, 14 et sections 16 06 et 16 08) :
16 01 20 verre
17Déchets de construction et de démolition (y compris déblais provenant de sites contaminés)
17 02 02 verre
17 02 04* bois, verre et matières plastiques contenant des substances dangereuses ou contaminés par de telles substances
19 12 Déchets provenant du traitement mécanique des déchets (par exemple : tri, broyage, compactage, granulation) non spécifiés ailleurs :
19 12 05 verre
20Déchets municipaux (déchets ménagers et déchets assimilés provenant des commerces, des industries et des administrations) y compris les fractions collectées séparément :
20 01 02 verre

(* : Déchets dangereux)

Codes déchets (annexe II)

Quelles solutions pour les déchets de verre ?

Prévention / Réduction

La limitation des déchets d’emballages est possible en utilisant des emballages de plus grande contenance ou réutilisant les emballages en verre non souillés.
L’eau du robinet est disponible sans emballage. Par rapport à l’eau embouteillée, cela permet d’économiser environ 10 kg de déchets par an et par personne. De plus, l’eau du robinet coûte 100 à 300 fois moins cher que l’eau en bouteille.

Gestion

Il faut séparer les déchets d’emballages en verre (bouteilles, flacons, pots et bocaux) des autres déchets.
Il faut séparer les déchets en verre souillés de ceux qui ne le sont pas, sinon l’ensemble est considéré comme souillé.
Il ne faut pas mélanger les différents types de verre (verre creux, verre plat, verre technique…) entre eux car leur composition est différente.

Collecte

Différentes filières de collecte existent :

  • pour les emballages ménagers, la collecte en apport volontaire (conteneurs) est la plus répandue pour les particuliers, cependant certaines collectivités réalisent une collecte en porte à porte,
  • la collecte dans les déchèteries acceptant ce type de déchet est possible pour les particuliers ou les entreprises produisant de petites quantités,
  • les entreprises peuvent faire également à un prestataire spécialisé dans la collecte du verre,
  • une collecte de verre consigné est réalisée auprès des cafés, hôtels, restaurants.

La collecte est de plus en plus performante. En 20 ans, la collecte sélective a été multipliée par 15, aboutissant en 2000 à une récupération de 50 % des emballages en verre, ainsi qu’à une utilisation de calcin représentant 50% des approvisionnements de l’industrie verrière.
Le progrès des rendements de collecte est du à une meilleure sensibilisation de la population et surtout à la multiplication du nombre de conteneurs et à l’optimisation de leur implantation.

Réemploi et traitement

Une fois collecté, le verre peut être réemployé ou recyclé :

  • Le réemploi
    Les emballages en verre consignés collectés peuvent être réemployés ou recyclés après tri et nettoyage. Le réemploi et la consigne concernent 20% des volumes embouteillés. Les bouteilles récupérées auprès des restaurateurs sont triés par type, lavés en usine et revendues pour être réemployées.
  • Le recyclage
    Le verre est également recyclable à l’infini, ce qui veut dire que, tout ce qui est récupéré est effectivement recyclé, et ceci de façon continue.

Une fois collecté, trié, nettoyé et broyé, le verre est transformé en calcin et livré aux usines verrières sous certaines conditions de conformité à un cahier des charges établi par la Chambre Syndicale des Verreries Mécaniques de France et Eco-Emballages.

Le calcin est utilisé à raison de 40 à 90% en substitut de matières premières. Cette valorisation permet une économie d’énergie et de matières premières.

Certains verres plus techniques conçus pour des utilisations spécifiques (pare-brise feuilletés, lunettes arrières dégivrantes, verre des écrans d’ordinateurs...) contiennent des matériaux difficiles à séparer et sont recouverts de dépôts minces de produits chimiques rendant leur traitement difficile. Quelques unités pilotes se sont lancées dans le traitement de ces verres afin de fournir aux utilisateurs la qualité de calcin exigée.
Pour la verrerie de laboratoire, des possibilités de valorisation existent (le borosilicate peut servir à la fabrication de laine de verre, le sodocalcique est compatible avec le verre ménager et peut donc être valorisé de la même façon).
D’autres filières de valorisation sont sans doute encore à inventer ou à développer.

Aspect technique
L’introduction de verre récupéré et recyclé sous forme de calcin dans le four des industriels verriers permet un meilleur rendement calorique. Cette matière première secondaire a la caractéristique essentielle de fondre plus rapidement que celui des matières vierges (silice, chaux, soude...).
Ainsi, chaque tonne de calcin incorporé au lit de fusion permet de diminuer la température de fusion d’environ 30 % et d’économiser 100 kg d’équivalent pétrole dont 40 kg pour la fusion du verre et 60 kg en évitant l’extraction, le traitement et le transport des matières premières.

En Picardie
Deux unités de production d’emballage en verre sont concernées par le gisement de calcin picard :

  • Crouy dans l’Aisne,
  • Wingles dans le Pas-de-Calais.

Transport

Le transporteur doit déclarer sont activité en préfecture si la quantité transportée dépasse 500kg de déchets non dangereux par chargement.

Interdictions

Les déchets de verre ne doivent être ni abandonnés, ni brûlés à l’air libre.
Les emballages en verre ne doivent pas être mélangés avec les ordures ménagères résiduelles.

Sites Internet

Prestataires et acteurs : Déchets de verre

Prestataires picards

Département : 02
DUCAMP - 02100 SAINT-QUENTIN
DUCAMP - 02100 SAINT QUENTIN
PATE - 02880 CROUY
SAINT-GOBAIN EMBALLAGES (VERALLIA) - 02280 CROUY
SAMIN - 02210 ROZET-SAINT-ALBAIN
SARL VALOR BAT - 02700 Condren
SAS ETS HAUBOURDIN - 02100 SAINT-QUENTIN
SCHER ET ASSOCIES - 02370 VAILLY-SUR-AISNE

Département : 60
CHIMIREC VALRECOISE - 60130 SAINT JUST EN CHAUSSEE
S.E.V.P. DÉCHETS - 60170 PIMPREZ
SARL ENTREPRISE FLANDRIN - 60170 RIBECOURT CEDEX
SAS BUTIN SEDIC - 60540 BORNEL

Département : 80
VIDAM - 80100 ABBEVILLE
VIDAM - 80100 ABBEVILLE
VIDAM - 80048 AMIENS CEDEX 1
VIDAM SAS - 80048 Amiens Cedex 1
VIDAM VTS - 80000 AMIENS

Prestataires dans les autres départements

Département : 59
Wagret - 59500 Douai

Département : 75
CYCLEM - 75017 PARIS

Département : 76
IKOS ENVIRONNEMENT - 76260 EU

Département : 92
RMP DERICHEBOURG - 92230 GENNEVILLIERS

Département : 95
VIDAM - 95310 SAINT OUEN L\'AUMÔNE


Répertoriez votre entreprise
Partenaires